Institut Européen des Arts Céramiques

Association pour l’enseignement, la formation et la diffusion des arts céramiques en France et à l’étranger

Vous êtes ici : Institut Européen des Arts Céramiques / Expositions / Monographies / Daphne Corregan

Conversations

Daphne Corregan

du 13 juin au 31 août 2015 - Musée Théodore Deck Guebwiller

Conversations


Pour la neuvième édition, le Musée Théodore DECK & des Pays du Florival et l’Institut Européen des Arts Céramiques se sont associés pour promouvoir le champ de la céramique contemporaine.

C’est dans le cadre de ce partenariat actif que s'est tenue l’exposition monographique de Daphne Corregan.
 

l'artiste : Daphne Corregan


« À l'origine du travail de Daphne Corregan, il y a toujours une piste sensible, esquissée soit par des dessins, soit par des photographies ou une conversation, qui sont comme des points d'ancrage possibles de la plastique céramique.

Les œuvres de Daphne Corregan ne sont pas des sculptures, elles ne se définissent pas par rapport à l'espace, mais elles sont déjà de l'espace ; un espace que l'on étire, découpe, cloisonne ; un espace qui ne représente pas le monde mais l'idée que nous nous en faisons et dont l'anecdote est exclue.

Ce qui est en jeu, n'est rien d'autre que le pouvoir d'une pensée à faire exister une utopie plastique. Ainsi, que faisons-nous de nos vies ? Comment la compartimentons-nous ? Et pourquoi ? Servent-ils, ces cloisonnements, à nous protéger ?
Et puis alors, de quoi avons-nous peur ? C'est dans ces questionnements les plus secrets où nos mythologies personnelles s'ébauchent que s'origine le travail plastique de Daphne Corregan. »
Michel Le Gentil

Biographie sélective  de l’artiste

Née le 27 décembre 1954 à Pittsburgh (Pennsylvanie, États-Unis), Daphne Corregan arrive dans le Sud de la France dès 1970. Elle se forme successivement à l'école des Beaux-Arts de Toulon, de Marseille, puis d'Aix-en-Provence où elle intègre l’atelier de Jean Biagini, « atelier-forum » dans lequel sont invités de nombreux artistes. Il fut, à bien des égards, un modèle dans l'enseignement de l'art et reste l'un des ateliers marquants de l'après-guerre pour l'enseignement de la céramique en France.

Après un voyage d'étude aux États-Unis en 1978, Daphne Corregan installe son atelier dans le Sud de la France. Depuis 1989, elle enseigne le design d'objet et de céramique à l'école supérieure d'Arts plastiques de Monaco.

Daphne Corregan, céramiste - poète

Daphne Corregan réalise des œuvres à la plaque ou au colombin, enfumées, engobées de blanc, décor en scraffito ou cuites en raku (technique d'émaillage développée dans le Japon du XVIème siècle). Son style allie une recherche de formes sculpturales, de présence forte des objets dans l'espace et un usage savant du décor. Elle explore des moyens et des matériaux de disciplines très diverses, s'affranchissant du seul lexique des céramistes. Sa démarche impliquerait d'ailleurs que l'on révise pour elle les habituelles catégorisations potier/céramiste et peintre/sculpteur.
«Ma démarche oscille entre céramique, art populaire, art décoratif, dessin, auxquels je porte un intérêt profond, et des préoccupations personnelles plus intimes : une réflexion autour de la représentation du corps et de sa symbolique, de l'homme et de son quotidien.
L’observation du monde, sublime et effrayant, nourrit constamment mon travail. Je crois beaucoup au pouvoir de l'objet, l'émotion qu'il dégage et les conséquences de notre vie.
J'essaie de me rapprocher de cette intimité, ni trop parfaite, ni trop décorative, ni trop riche, tendant plutôt vers une présence, une impression de déjà-vu ou d'une familiarité ambiguë.»

«Cœurs, trous, rayures, gâteaux, pichets, creusets, maisons, pieds, têtes ou robes font partie de ce vocabulaire du quotidien que je manie et remanie, développant mon propre langage.»

«Je me cache derrière le beau. Il rend les choses difficiles moins effrayantes.»
 
Daphne Corregan

Haut de page